Bien choisir sa pompe de relevage

La pompe de relevage est un dispositif permettant d’évacuer l’eau en l’absence de pente ou d’écoulement gravitaire naturel. Pour cela, elle aspire et conduit l’eau jusqu’à la sortie. Elle peut s’utiliser pour évacuer l’eau de pluie mais aussi les eaux vannes et les eaux usées. Il est important d’acheter une pompe de relevage adaptée afin d’obtenir un fonctionnement optimal. Découvrez tous nos conseils pour bien choisir votre pompe de relevage.

pompe relevage

Qu’est-ce qu’une pompe de relevage ?

En temps normal, les eaux s’écoulent dans le réseau d’évacuation en suivant la pente naturelle du terrain. Mais cet écoulement gravitaire n’est pas toujours possible.

En effet, il arrive que le niveau du réseau d’évacuation (entrée d’eau) se situe en-dessous du niveau de rejet (sortie d’eau). Installer une pompe de relevage est alors nécessaire pour « aspirer » l’eau et l’acheminer dans les canalisations jusqu’à la sortie.

La pompe doit être complétée d’une cuve qui recueille les eaux, d’un flotteur et éventuellement d’un boîtier de commande et/ou d’alarme pour un fonctionnement automatique. Ensemble, ils forment un dispositif complet appelé « station de relevage ».

Lire aussi | Comment choisir sa station de relevage ?  

 

Pourquoi utiliser une pompe de relevage ?

Très pratique, la pompe de relevage peut s’utiliser dans différentes situations. Elle est utile à chaque fois que l’eau ne peut pas s’écouler par gravité. Ainsi, elle peut prendre en charge les eaux vannes (chargées de matières fécales) ou les eaux usées provenant de votre habitation. Elle aspire l’eau dans la cuve et la dirige vers le point d’évacuation désiré (tout-à-l’égout, fosse septique…).

Elle est aussi intéressante pour évacuer les eaux de pluie (eaux claires) en provenance de la toiture ou du ruissellement. L’eau est alors aspirée, acheminée puis rejetée dans le milieu naturel. Dans ce cas, elle prévient les inondations ou permet de vider un espace inondé. C’est pourquoi on parle aussi de « pompe vide-cave ».

 

Comment choisir sa pompe de relevage ?

Différents critères doivent être pris en compte au moment de choisir une pompe de relevage. Ce sont des éléments importants pour un fonctionnement optimal de votre équipement.

Le type de pompe

La pompe peut être partiellement ou intégralement immergée dans l’eau.

La pompe submersible est la plus utilisée car elle peut s’employer à une grande profondeur. Elle est conseillée pour évacuer les eaux chargées et usées.

La pompe de surface, quant à elle, est davantage utile au jardin pour vidanger un bassin, une piscine ou pour pomper les eaux claires, par exemple.

La nature des eaux à évacuer

Vous devez aussi choisir votre pompe de relevage en fonction de la nature des eaux à évacuer. D’une manière générale, on distingue 3 types d’eaux :

• les eaux claires ou eaux de pluie ;

• les eaux vannes ou « noires » issues des WC, chargées en matières fécales et en urines ;

• les eaux usées ou « grises » provenant de la salle de bain, de la cuisine ou de la buanderie.

Pour chaque type, vous devez choisir la pompe de relevage adaptée. Cela vous garantit un fonctionnement optimal et prévient le risque de bouchage et de colmatage des déchets en suspension dans l’eau.

Vérifiez bien la compatibilité de la pompe avec vos eaux ainsi que la granulométrie maximale (grosseur des impuretés).

Le débit de la pompe

Autre élément important : le débit de la pompe. Exprimé en m3/h (mètres cubes par heure), il correspond à la quantité d’eau relevée par la pompe sur un temps donné. Plus il sera important, plus la vidange et l’évacuation seront rapides.

Gardez aussi en tête le dénivelé qui impacte directement le débit. En cas d’absence d’inclinaison du terrain, la pompe doit aspirer suffisamment d’eau pour permettre une bonne évacuation.

Le niveau d’immersion

Le niveau d’immersion (exprimé en m) désigne la profondeur maximum à laquelle la pompe peut être immergée. Les pompes submersibles peuvent aller jusqu’à 10 m voire plus. Même à cette profondeur, elles n’ont aucune difficulté à refouler et à faire remonter l’eau.

La température de l’eau

Vérifiez également la température maximale admissible du liquide pompé (exprimé en °C). En fonction de ce critère, le corps de la pompe sera fabriqué en fonte ou en acier inoxydable. Les pompes avec corps en fonte sont capables de supporter des températures plus élevées, supérieures à 45°C.

La hauteur de refoulement

Exprimée en mètres (m), elle correspond à la distance entre la pompe et le plus haut point de refoulement. C’est un critère important car la pompe doit pouvoir conduire l’eau jusqu’à la hauteur désirée en sortie.

Si elle n’est pas précisée, vérifiez la pression de service maximale supportée par la pompe (exprimée en bar). Généralement, il faut compter une pression de 1 bar pour une hauteur de 10 m.

Fonctionnement manuel ou automatique ?

La pompe de relevage peut être à fonctionnement manuel ou automatique.

Lorsqu’elle est manuelle, vous devez la déclencher vous-même pour commencer l’évacuation de l’eau (une fois la cuve pleine, par exemple). Elle doit aussi être arrêtée manuellement. Ce système de déclenchement convient en cas d’utilisation ponctuelle.

Les modèles automatiques, quant à eux, s’activent et s’arrêtent tout seuls grâce à un flotteur. L’eau est automatiquement évacuée lorsqu’elle arrive à la hauteur du flotteur. Ils sont plus pratiques et permettent une évacuation de l’eau en autonomie. Il est possible de les équiper d’un système d’alarme qui se déclenche en cas de dysfonctionnement.

 

Zoom sur la pompe de relevage avec broyeur

Les pompes de relevage pour cuisine, salle de bain ou buanderie peuvent disposer d’un broyeur. Ainsi, elles broient les matières et évacuent les eaux usées jusqu’au point de sortie.

Elles sont utiles pour aménager un espace en sous-sol, même en l’absence d’évacuation gravitaire.

En fonction du modèle, il est possible d’y connecter un ou plusieurs équipements : évier, lavabo, machine à laver, lave-vaisselle… Compactes et à faible encombrement, elles se posent dans un meuble sous-évier ou sous vasque.

Attention cependant à leur niveau sonore (exprimé en dB(A)). Le système de broyage doit être suffisamment silencieux pour ne pas vous gêner. Nous vous conseillons un niveau sonore inférieur à 50 dB(A).

 

Partager: