Anjou Connectique

Quel mode de chauffage choisir ?

Le mode de chauffage que l’on va utiliser est l’un des questions prioritaires dans un logement. Bien sûr, il doit être efficace, mais aussi ne pas coûter des fortunes aux habitants. Tout cela dépend de l’endroit où chacun vit et des conditions météorologiques, parfois peu clémentes dans certaines régions.

Plusieurs critères entrent en compte lors du choix du mode de chauffage. Le budget que vous pouvez y allouer, bien entendu, la taille de votre maison (ou appartement), et enfin, vos besoins. Il existe, de nos jours, plusieurs moyens disponibles, à sélectionner selon ces trois grands critères.

Je choisis mon mode de chauffage

Types de chauffage : les questions à se poser

Lors de la construction d’un logement neuf, il revient à votre maître d’œuvre de vous guider et vous conseiller sur le moyen le plus adapté. Il saura vous aiguiller selon vos besoins, le plus précisément possible. Si vous achetez ou louez un logement existant, vous devez alors vérifier ces quelques points :

  • Quel est le mode de chauffage existant ?
  • Est-il adapté à mes besoins et à la surface à chauffer ?
  • Dans quel état se trouve-t-il, est-il performant ?
  • Quel budget doit être alloué dans le cas où je désire le rénover ou le changer ?

Que vous choisissiez le chauffage d’une maison neuve ou pour une rénovation, ce sujet doit être un des premiers à vérifier lors de l’achat ou de la location du logement, en plus de l’état général de la plomberie et de l’électricité.

Se chauffer avec les cheminées et poêles à granulés

Les cheminées et poêles à bois

Le chauffage au bois a un gros avantage et un gros inconvénient. Son avantage est d’être une énergie renouvelable, avec une empreinte carbone neutre, tant que les forêts dont il est issu sont gérées de manière durable. Son inconvénient est de relâcher des particules fines dans l’atmosphère lors de sa combustion.

Il existe néanmoins des gestes simples à adopter pour limiter la pollution et faire du chauffage au bois un moyen économique, efficace et le moins polluant possible :

  • Ne pas utiliser de foyers ouverts et privilégier les inserts, les foyers fermés… En plus de réduire les émissions polluantes, un foyer fermé augmente le rendement et permet de mieux diffuser la chaleur. Par ailleurs, les systèmes actuels d’inserts permettent d’envoyer la chaleur partout dans la maison. En plein hiver, il faut néanmoins un petit chauffage d’appoint supplémentaire.
  • Choisissez bien votre bois. Le chêne, par exemple, polluera moins que le hêtre ou encore le charme.
  • La taille du chauffage varie selon la surface à chauffer. De même s’il s’agit d’un simple chauffage d’appoint, ou d’agrément, ou du chauffage principal de votre habitation.
  • Ne faites pas brûler de bois humide. Le rendement en chaleur diminue et la pollution augmente. Le bois que vous achetez doit avoir été séché de dix-huit à vingt-quatre mois chez votre fournisseur ou chez vous, avant d’être utilisé. Tout bois doit être conservé à l’abri de l’humidité.
  • Allumer un feu, enfin, ne se fait pas de n’importe quelle façon. Toujours dans l’optique de réduire les émissions polluantes, de 30% à 50% en moyenne, allumer toujours votre feu par le haut. Les grosses bûches en bas, le petit bois au-dessus, avec des brindilles, du papier journal ou autres pour favoriser l’allumage. Les pommes de pin sont aussi de bons allume-feux naturels, tout comme les bouchons de liège. (Et en plus, on vous donne même des excuses pour ouvrir une bonne bouteille en hiver, il faut bien récupérer ces bouchons).

Souvent, le chauffage au bois sert d’agrément, rarement seul, pour toute une maison. Les installations doivent se faire par des professionnels ! Quant au bois, certains départements ont la chance d’avoir de multiples petits vendeurs, le prix du stère peut être entre soixante et cent euros, suivant les secteurs. Le bois et les granulés sont les énergies les moins chères sur le marché et leur prix reste stable.

Découvrez nos produits

Les poêles à granulés/pellets

Les granulés, qu’on appelle aussi pellets, sont eux aussi une solution de chauffage économique, comparés aux autres sources d’énergie disponibles, et dont le prix reste tout autant table que celui du bois. S’il y a des augmentations du bois, le pellet a lui aussi une légère augmentation.

Le prix peut varier de 2 000 à 6 000 euros, pour un poêle à granulés standard, jusqu’à 15 000 euros pour un poêle de masse, bien plus performant. Des aides d’état permettent de financer en partie l’installation, la plupart des constructeurs proposent également des contrats de partenariat, permettant par exemple d’avoir une réduction sur le montant final ou bien des réductions lors de l’achat des pellets chez leurs partenaires.

Le pôle à granulés possède quelques avantages non négligeables :

  • Le rendement est supérieur à un poêle au bois, la diffusion de la chaleur meilleure.
  • Vous pouvez charger à l’avance les granulés et programmer votre poêle également à l’avance. L’entretien est plus simple qu’une cheminée ou un insert.
  • Le taux d’humidité des granulés est inférieur à 10%.

Néanmoins, un poêle à granulés coûte de deux à trois fois plus cher qu’un pôle à bois ou une cheminée standard.

Opter pour un plancher chauffant électrique

Ce mode de chauffage est plus ancien qu’il n’y paraît, il date des années soixante ! Il s’agit de l’un des modes de chauffage les plus utilisés, lors de la rénovation ou de la construction. Sur le principe, le plancher chauffant électrique émet de la chaleur grâce à des cales chauffantes installées sous toute la surface du sol. Parfaitement invisible et agréable, il est très plébiscité en France. Ses avantages :

  • Compatible avec tous les revêtements de sol
  • Chaleur rayonnante, douce et agréable
  • Possible dans les travaux de construction comme dans les travaux de rénovation
  • Permet d’ajuster la température désirée zone par zone
  • Invisible et non encombrant
Je découvre les planchers chauffants électriques

Chaudière gaz ou chaudière fioul ?

Le prix des énergies varie, en cours d’année, parfois brusquement, selon la production mondiale et quelques autres facteurs économiques et politiques, notamment pour la production de pétrole. La question est don la suivante : entre le chauffage au gaz et le chauffage au fioul, quel peut être le plus avantageux pour votre habitat ?

Chaudière au fioul

Le chauffage au fioul peut être intéressant si votre maison utilise déjà cette énergie. Néanmoins, il ne s’agit pas d’une solution très avantageuse. Plus polluante que le chauffage au gaz, la chaudière fioul est également plus encombrante. Il ne faut pas oublier qu’en plus de la chaudière, qui sera toujours au sol, vous devez y ajouter une cuve de stockage ! Les principales contraintes du chauffage au fioul sont :

  • La place nécessaire pour la chaudière et la cuve
  • L’odeur dégagée par le fioul
  • Bien songer à faire remplir sa cuve avant d’être à sec, surtout l’hiver, et donc un contrôle très régulier
  • Le prix du fioul qui peut connaître de fortes hausses, suivant les années

Le fioul peut être avantageux si vous possédez une très grande surface habitable (dans les grandes maisons, les châteaux), ou si une chaudière est déjà installée chez vous. Se débarrasser d’une cuve et changer de chaudière peut être coûteux. Néanmoins, l’État et les acteurs d’énergies proposent de nombreuses offres pour passer au gaz ou à un autre moyen de chauffage.

Le prix d’une chaudière au fioul oscille en général entre 1500 et 8500 euros. Tout dépend du modèle choisi !

La chaudière gaz à de nombreux avantages, qu’elle soit au sol ou suspendue, et son bruit est minime, d’autant plus si elle est installée dans une cave, un garage, ou même la cuisine (jamais dans une chambre).

Une chaudière murale peut aussi être dissimulée dans un placard et se glisse partout. Vous pouvez choisir entre une chaudière instantanée, par micro accumulation ou avec le ballon intégré.

Le prix d’une chaudière au gaz varie en général selon les modèles : entre 500 et 2500 euros pour un modèle classique, et entre 3200 et 8000 euros pour une chaudière à condensation. Différentes aides financières permettent de faire diminuer la facture lors de l’installation de votre chaudière, y compris si vous passer du fioul au gaz. Un abonnement à un entretien annuel est obligatoire.

Besoin d’un conseil, d’un devis ?

Notre équipe se tient à votre disposition ! Vous pouvez nous appeler ou utiliser notre formulaire de contact et nous reviendrons vers vous pour vous proposer un devis et discuter de votre projet.

Contactez-nous

Le chauffage à la pompe à chaleur

Avant toute installation d’une pompe à chaleur dans votre logement, une étude thermique est obligatoire, avant de vérifier les déperditions de chaleur d’une habitation. Une étude est également obligatoire lors de la construction d’un logement neuf.

Ceci va déterminer les besoins calorifiques et le bon dimensionnement de la pompe à chaleur. Elle peut produire l’eau pour le chauffage comme l’eau chaude sanitaire. Avec une faible consommation d’énergie, elle est aussi autonome, chauffant rapidement et avec une température stable.

Une pompe à chaleur ne rejette pas de fumées dans l’atmosphère, un avantage non négligeable. Par ailleurs, comme pour d’autres énergies, elle est éligible aux aides financières de l’État, sous forme de déduction d’impôt. Cependant, l’unité extérieure est bruyante, il lui faut un emplacement éloigné des pièces de vie mais également éloigné de vos voisins.

Gardez également à l’esprit que le rendement peut être moyennement élevé dans les régions froides en hiver (vers -7 degrés), prévoyez alors un chauffage d’appoint.

Feu de cheminée
Posté dans: Chauffage | Le 2 octobre 2019 | 0 commentaire

Commentaires

Envoyer le commentaire




* Champs obligatoires